BOURSE TOUTES COLLECTIONS DU

8 MAI 2019

DAINVILLE (près d'Arras)

SALLE POLYVALENTE

9h-17h

buvette-sandwichs-toilettes

320 m de tables d'exposition

70 exposants (nombreux professionnels)

la Bourse incontournable au Nord de Paris

tel 0321224330

bulletin de réservation pour les exposants sur demande ou

sur le site du Cercle Numismatique Dainvillois (Organisateur)

http://www.cercle-numismatique-dainvillois.fr/reservation_bourse.php5

ou

Mr Frédéric BONELLO 3 rue Bonnel 62173 FICHEUX Tel 0321224330

Bulletins à faire parvenir avant le 22 AVRIL 2019

 

-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-collection de monnaies romaines-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

PARU

ROMAN HISTORIQUE

"SOUS LE SOLEIL D'APAMEE ..."

ou

Il s'appelait Gallien et était empereur de Rome

par Christian Doué

Chez MeMograMes

Les Éditions de la mémoire.

Nouvelle édition revue,  corrigée et augmentée d'une préface de Mme Anne Gagey, professeur d'histoire antique à l'Université d'Artois, directrice de l'UFR d'Histoire.

 

L'ouvrage est disponible chez l'auteur, chez l'éditeur et désormais en LIBRAIRIE (votre libraire peut le commander chez Soleil Diffusion) .

Pour passer commande:

christian.doue@free.fr (je vous donnerai alors l'adresse où envoyer le paiement)

Prix: 18 € + frais de port 4,90 € pour la France

Pour la Belgique frais de port 9,40 €

Pour les autres pays demander le montant des frais.

 

 

"Un bel exercice de style. Une écriture agréable et une plongée dans le troisième siècle romain particulièrement passionnante."

Nicolas André, LA VOIX DU NORD du mardi 13 décembre 2016.

 

"En ce qui me concerne, je n'hésiterai pas à signaler et à recommander votre "roman" aux étudiants et amateurs qui s'intéressent à cette époque si fertile en événements. "Orner" l'Histoire antique, comme auraient dit les Anciens, est une tâche noble et indispensable dans la période actuelle où les Humanités s'effacent... Vous avez relevé ce défi difficile mieux qu'honorablement"

Dominique Hollard - Chargé de fonds à la BnF (Bibliothèque nationale de France), membre associé de l'UMR 5060 (IRAMAT)

 

"  L’auteur explique de façon très convaincante les raisons pour lesquelles Valérien n’a pas pu être libéré. La sécession gauloise et le personnage de Postume, ainsi que le rôle des Palmyréniens Odenath et Zénobie en Orient, font l’objet de chapitres bien documentés.

... la vie quotidienne dans  une ville d’une province orientale est bien évoquée.

... l’ouvrage est cependant une réussite et se laisse lire avec plaisir et intérêt."

Christian Lauwers - Bulletin du Cercle d’études numismatiques Volume 55, n° 2 [ mai - août 2018 ]

 

 

Un panorama de la vie dans l'antiquité au III éme siècle.

Les perses menacent, les chrétiens balancent entre Rome et l'empire perse et le nouvel homme fort de l'Empire est l'empereur Dioclétien, un homme pragmatique, violent et redoutablement intelligent.

Dans Apamée, cité appartenant à la Province romaine de Syrie, Amelius, un vieux philosophe, raconte à ses élèves la vie de l'empereur Gallien telle qu'il l'a vécue lui-même, plus de 30 ans plus tôt, puisqu'il appartenait avec le néo platonicien Plotin à la cour de l'impératrice Salonine.
Mais il va se heurter à quelques résistances...

A 12 ans, ma grand-mère, à la mort de mon grand-père, me donne une boite en fer blanc contenant une centaine de monnaies anciennes. Certaines  datent de la Révolution Française, d'autres sont plus récentes et en argent, d'autres encore viennent de pays lointains: toutes me font rêver.

il n'en faudra pas plus pour que la passion me prenne par la main pour me faire voyager dans le temps.

De rencontres en rencontres ma collection s'est étoffée, modifiée, spécialisée.

Une première lecture à 14 ans d'un livre sur l'histoire romaine, puis la Vie des Douze Césars de Suétone, m'ont donné goût à l'antiquité. L'évènement qui a cellé cette passion pour l'antique fut une visite scolaire en 1967 de l'exposition Toutankhamon. j'en remercie encore mes professeurs.

C'est donc très naturellement que, voici 20 ans maintenant,  Rome et la vie de chacun de ces empereurs, orientent mes recherches numismatiques.

Mes errances sur d'autres périodes m'ont enrichies, je ne les regrette pas.

C'est cette passion que je souhaite aujourd'hui partager comme je la partage depuis de nombreuses années au sein du Cercle Numismatique Dainvillois.

 

La plus grande partie des monnaies sans indication de leur provenance, a été achetée dans des bourses ou lors de salons numismatiques, avant 2010.

Depuis cette date, j'essaie d'avoir, des professionnels, une facture où, pour le moins, je note leur nom ou raison sociale.

Je ne peux que recommander d'éviter les achats "à la sauvette" dont la provenance des monnaies ou objets est douteuse.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-oLES NOUVEAUTES SUR LE SITEo-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

QUELQUES NOTIONS DE BASE:
====================

 

 

Le prix des monnaies romaines :

 

 

 

Qu'est-ce qu'une monnaie chère ?

 

La question, pour banale qu'elle soit, n'en est pas moins fondamentale.

 

Chère par rapport à quoi ?

 

Acheter une monnaie 1500 € alors que le prix courant est de 3000 € c'est faire une affaire ; il n'en reste pas moins que payer une monnaie 1500 € n'est pas à la portée de toutes les bourses.

 

La question devrait être :

 

« peut-on se constituer une collection de monnaies romaines qu'on aura plaisir à regarder ou à montrer, sans avoir à débourser plusieurs centaines d'euros pour chaque pièce ? »

 

 

 

La réponse est : oui … en prenant quelques précautions.

 

 

 

Les sites de vente permettent d'avoir accès à des milliers de monnaies dont les prix de départ sont souvent très bas (quelques euros parfois).

 

Si on cherche des monnaies de bas de gamme, on trouvera son bonheur sans problème.

 

Si on cherche des monnaies rares (voir ci-après) alors là, attention !

 

En effet le marché est ouvert. Vous allez vous trouver en concurrence avec un grand nombre d'internautes du monde entier, potentiels acheteurs, qui, eux aussi, on repéré la monnaie que vous convoitez.

 

Il n'est pas rare qu'une monnaie, sous le feu des enchères de quelques acheteurs, parte à un prix largement supérieur à sa cote potentielle.

 

Internet n'est plus (ce qu'il a été il y a quelques années) le lieu où on trouve de vraies raretés à quelques euros ... sauf exceptions, bien entendu.

 

 

 

Voilà pourquoi je recommande l'achat en direct à un professionnel. Les Salons ou Bourses sérieuses (comme la Bourse du 8 mai à Dainville par exemple) sont encore suffisamment nombreuses pour rencontrer des vendeurs qui seront aussi des conseillers dans vos achats. Leur intérêt est de vous fidéliser. Ils n'hésiteront pas à « faire un geste » et un achat de qualité coûtera souvent moins cher que sur le net. Les margoulins se repèrent vite. Les vendeurs sérieux aussi.

 

 

 

Les catalogues de vente de grandes maisons (papiers ou en ligne) sont aussi à recommander. Certaines font des ventes aux enchères avec des prix de départ très bas. Leur audience est moins large que sur les sites de vente. On peut y faire de belles affaires à des prix très corrects.

 

 

 

Pour comprendre le prix des monnaies romaines proposées à la vente il faut prendre en compte plusieurs critères.

 

 

 

D'abord, les monnaies romaines ne sont jamais courantes même si sur les sites de vente et chez les professionnels, elles semblent être légion.

 

On ne peut pas donner un critère prépondérant par rapport aux autres.

 

Sans classement, vous trouverez ci-dessous, les critères que je retiens :

 

  • le métal :

    • Or – Argent – Bronze : les monnaies d'or seront toujours à un prix assez élevé ; pour les monnaies d'argent et de bronze, la période aura un rôle plus important ; ce n'est pas, pour déterminer le prix de ces monnaies, le critère le plus important.

  • la période

    • la période la plus recherchée est celle des Douze Césars : c'est une des périodes les mieux connues du grand public. César, Néron sont des valeurs sures ! Les monnaies seront donc recherchées et chères très souvent.

    • la période de l'Anarchie Militaire (IIIe siècle) était jusqu'à une période récente, une période délaissée : les choses commencent à changer ; c'est une période pléthorique tout comme la période Constantinienne. Beaucoup de monnaies assez courantes.

  • l'état

    • SUP : l'état idéal mais il a un prix. Une monnaie en cet état, quelque soit la période, sera rare. Son prix, par rapport à un état inférieur, peut être beaucoup plus élevé (parfois 2 x plus chère)

    • TTB+ : la monnaie est bien entendu « collectionnable », elle garde un très bel aspect et parfois même, est plus émouvante qu'une monnaie en SUP.

    • TTB : la différence peut être faible par rapport au TTB+, une légère usure en plus mais qui n'enlève rien à la beauté de la monnaie.

    • TB ou TB+ : usure bien visible mais monnaie parfaitement et facilement identifiable. Peu convenir à de jeunes collectionneurs qui veulent « se faire la main ». Les prix sont en général très abordables pour les monnaies courantes quelles que soient les périodes. Cependant, on trouvera dans les médailliers, cet état pour des monnaies très rares (Othon, Plotine, Julia Titi, Pertinax, Dide Julien, par ex). La difficulté de trouver certaines monnaies amène les numismates à se satisfaire de cette qualité. Les prix seront en conséquence assez élevés.

  • la facilité à trouver la monnaie : certaines monnaies ont été frappées à de très nombreux exemplaires et on les rencontre très souvent dans la plupart des ventes. D'autres, pour diverses raisons (commémoration d'un fait précis, durée de règne court de l'empereur, …) ont eu un tirage faible : on les voit rarement dans les ventes. Certaines ne sont même connues qu'à quelques exemplaires (quand elles ne sont pas uniques!). Ces monnaies sont dites « RARES ».

  • L'engouement des collectionneursest un autre critère, particulièrement subjectif cependant. Pendant longtemps certaines périodes étaient négligées des collectionneurs : le Bas Empire (période dont le début varie selon les auteurs : Maximin selon les uns, Gallien selon d'autres, …). N'étaient considérés comme méritant l'attention des numismates que la période de la République, les Douze Césars et l'Empire jusqu'à Elagabale.

    Même si ce n'est plus aussi vrai aujourd'hui, les monnaies du Bas Empire conservent encore pour les collectionneurs (et notamment les nouveaux collectionneurs de romaines) de belles opportunités.

    Certaines monnaies qu'on rencontre régulièrement dans les ventes, même en TTB ou TTB+, pour Néron, comme l'as à la Victoire au revers, sera toujours à un prix assez élevé (autour de 150/300 €).

    Il faut tenir compte de cet engouement, quand on commence une collection, sauf si on a la fortune qui permet d'éluder ce problème.

  • Pour les monnaies de bronze ou de cuivre la patine apportera une plus-value certaine. Les patines vertes et lissées (de vert clair à vert sombre) sont splendides. Les patines marrons, lissées là encore sont souvent très belles. Une même monnaie, de qualités identiques, l'une sans patine, l'autre avec une patine verte, cette dernière sera plus chère. Le coté esthétique joue indéniablement.

  • Le pedigree : ce sont des monnaies issues de très grandes ventes ou, mieux, de collections renommées. Ce « pedigree » apportera une plus-value non négligeable. Les professionnels ne manquent pas d'ailleurs de signaler l'origine de des monnaies de grandes collections.

 

 

 

C'est le mariage de tous ces critères qui va déterminer la raretéd'une monnaie … et en conséquence, son coût.

 

Par exemple, que dire du prix d'un aureus (monnaie d'or) d'Auguste (période des Douze Césars) en SUP (l'idéal) au revers de Caius galopant à droite (peu d'exemplaires connus) ? Quelques milliers d'euros sans doute.

 

En revanche un nummus (petite monnaie de bronze) de Constantin I (règne très long) en TTB au revers courant de VOT XX pour l'atelier de Siscia (courant) se vendra 10 à 15 €. Le même nummus en état SUP sera proposé suivant les marchands entre 25 et 100 €.

 

Les numismates ont coutume d'indiquer le degré de rareté d'une monnaie par des lettres : R pour rare.

 

Ainsi une monnaie courante ne sera soit assortie d'aucune lettre où parfois associée à la lettre C pour : Courante. Ce qui n'est pas courant est … RARE !

 

Une monnaie qu'on trouve rarement sur le marché sera Rare soit la lettre R ou R1

 

Une monnaie très difficile à trouver sera très rare soit RR ou R2

 

une monnaie très très rare (peu d'exemplaires) sera RRR ou R3

 

au-delà la monnaie sera rarissime voire inédite

de même un sesterce du haut empire, en état SUP, avec une patine magnifique sera qualifiée de "rarissime en l'état".
il est vrai que les sesterces, menues monnaies de l'époque, ont énormément servis et se rencontrent très rarement en état SUP ... que dire alors si la patine, en, plus, est fabuleuse !

 

En conclusion on peut affirmer qu'il est encore possible de se constituer une agréable collection de monnaies romaines sans avoir à vider son Livret de Caisse d'Epargne.

 

Comme toute collection, cela demande quand même un minimum d'investissement.

 

Ensuite il faut se poser la question : « quel type de collection ? »

 

Le domaine des monnaies romaines est si vaste que votre imagination sera votre atout principal … avec votre porte-monnaie.

 

 

 

Les monnaies courantes sont suffisantes pour se constituer une belle collection ; ci-dessous un tableau avec les prix rencontrés pour ce type de monnaies en TB TTB SUP pour les bronzes (as, dupondius, follis ou nummus) et monnaies d'argent (deniers, antoniniens ou siliques).

 

prix en euros (€)

 

 

Périodes

 

Argent (deniers, antoniniens)

Bronze

TB

TTB

SUP

TB

TTB

SUP

 

 

 

 

Bronzes coulés / bronzes frappés

République

60

120

250

150 / 50

250 / 150

400 / 300

 

 

 

 

As ou dupondius / sesterces

Douze Césars (Vespasien, Domitien)

50

100

200

40 / 100

120 / 300

500 / 1000

Empire > 193

40

80

200

40 / 60

120 / 180

400 / 750

Les Sévères

25

50

100

80 / 120

150 / 200

500 / 1000

Empire 235-253

15

30

60

30

60

250

Époque de Gallien 253-268

10

20

50

60 / 90

120 / 200

400 / 600

 

Billon, traces d'argenture

Billon sans argenture

Empire Gaulois

10

25

60

10

20

50

Empire > 284

10

30

80

 

 

 

 

Billon

Follis

Tetrarchies

10

25

80

15

30

75

 

Follis Maïorina

Nummus

Époque Constantinienne

15

25

60

10

20

75

 

Siliques

Nummus

Fin de l'empire

50

75

150

10

20

60

 

 

 

J'insiste sur le fait qu'il s'agit de monnaies courantes.

 

Les monnaies d'or (aureus, solidus), les argenteus (de la Tetrarchie), les monnaies rares des Douze Césars (Jules César, Auguste, Tibère, Caligula, Claude, Néron, Galba, Othon, Vitellius), les monnaies des empereurs ayant eu un règne très court (Pertinax, Dide Julien, Pescennius Niger, Emilien, … ), sont bien évidemment absentes de ce tableau.

 

 

 

Néanmoins, il reste possible, sur les étals des marchands, de trouver des monnaies à des prix inférieurs à ceux présentés ci-dessus.

 

Tous les marchands ne sont pas spécialistes des monnaies romaines.

 

On peut trouver des monnaies courantes de Constantin (nummus) en SUP à moins de 30 €.

 

Ceci est aussi vrai pour l'empire gaulois, l'époque de Gallien ou la fin de l'Empire.

 

 

 

Bonne chasse !