Entre 260 et 268, en Gaule, un Empire voit le jour. Sous Gallien, face aux invasions barbares sur les frontières de l'est et devant les difficultés de l'empereur, un général romain, dux du Limes Rhénan et gouverneur de la Gaule Belgique, prend le pouvoir.

Son autorité est grande. Il élimine d'abord Salonin, fils de Gallien, puis s'empare du pouvoir en créant ce qu'on appellera plus tard, l'Empire Gaulois.

Son nom ? Postume.

Il est né à Diessen et est d'origine nervienne. D'autres pensent qu'il pourrait être né à Arras.

En tout état de cause, pour la première fois, un gaulois règne sur un empire qu'aurait rêvé un Vercingétorix ou un Civilis.

Après l'intermède de Lélien et Marius, Victorinus puis Tetricus et son fils Tetricus II, seront Empereurs Gaulois.

Leur histoire prête à caution: durée de règne imprécise ? Victorinus et Tetricus parents de Postume ? ...

Pendant le règne de ces usurpateurs (ils font parti des Trente Tyrans décrits par la controversée "Histoire Auguste"), des empereurs à Rome tiennent le pouvoir officiel : ce sont Gallien, Claude II le Gothique, Quintille et Aurélien. Ils supportent peu ou prou ces usurpateurs en Gaule pour la simple raison qu'ils protègent l'Empire des invasions barbares sur le limes rhénan (Ils règneront tout de même sur la Gaule Belgique, la Gaule Celtique, la Narbonnaise, l'Aquitaine et l'Espagne). Après Postume l'empire gaulois s'affaiblit peu à peu.

En 274, Aurélien a fait le ménage et les territoires occupés par les empereurs gaulois réintègrent l'Empire.

 


En cliquant sur la photographie vous aurez une description sommaire de la monnaie.

POSTUME (260 - 269)

Les monnaies de Postume en bronze, sesterces (la couronne est laurée) et double sesterces (la couronne est radiée), ont été souvent imitées.

Comme les "minimis" que l'on verra ci-dessous pour Tetricus, ce ne sont pas des faux en tant que tels mais des imitations.

La volonté était de permettre au commerce local de s'exercer. La petite monnaie (les sesterces et double sesterces, grosses monnaies de bronze, ont été remis à l'honneur par Postume alors que dans le même temps ce type de divisionnaire de l'antoninien, disparaissait pour Gallien après 253) étant rare, il a été frappé localement avec des coins plus ou moins fidèles en poids, taille, représentation, une quantité importante de ces monnaies de bronze au point que les monnaies "locales" sont plus courantes pour Postume que ses monnaies "officielles".

Le poids et la taille va diminuer rapidement si bien que certains double sesterces pourraient passer pour des dupondius.

Les imitations de l'antoninien sont beaucoup plusrares.

LELIEN (03 - 06 / 269)

En février ou mars 269 après une victoire sur les barbares à Mayence, semble-t'il, un certain Caius Ulpius Cornelius Laelianus se soulève contre Postume et prend la pourpre. Problème de partage du butin, refus de Postume se soumettre Mayence au pillage en règle après la victoire ? Difficile à affirmer. Lélien sera reconnut par quelques places fortes du limes germain, au delà de la vallée du Rhin. Postume fonce sur Mayence, défait les troupes de Lélien qui trouve la mort dans la bataille. Nous sommes en été 269, Lélien n'aura régné que 3 mois.

MARIUS (06 - 10 ou 11 / 269)

Marcus Aurelius Marius est un ancien forgeron qui a été porté au pouvoir par les troupes qui avaient éliminé Postume et Lélien. Peu de choses à dire si ce n'est qu'il fut assassiné par un de ses anciens camarades, forgeron lui aussi de son état, à qui il aurait refusé un service. Chose amusante, la durée de son règne est, selon les auteurs, de 2 jours pour Eutrope, de 3 jours pour l'Histoire Auguste ! A la vue des nombreuses monnaies au nom de Marius (même si celles-ci restent rares) Marius a du "régner" 3 mois.

VICTORINUS (10 ou 11 / 269 - 09 / 271)

Marcus Piavonius Victorinus est un des proches de Postume qu'il fait Préfet du Prétoire en 268. Après l'assassinat de Marius, l'armée le porte au pouvoir en 269. Aussitôt l'Espagne fait sécession et rejoint la Rome de Claude II le Gothique. Le fait d'arme de son règne est sans doute le siège d'Autun, rallié à Rome, qui fut pillée en 270, par les Bataves de son armée. Il meurt assassiné en 271.

La première émission de Cologne (fin 269) est particulière. Le graveur ne connaissant pas la physionomie de Victorin a simplement gravé le portrait du dernier empereur qu'il connaissait, à savoir Marius.

C'est ainsi que le portrait de Marius illustre les premières frappes pour Cologne au nom de Victorin. Le revers semble avoir toujours été AE-QVITAS AVG. Vous en avez deux exemples ci-dessous.

TETRICUS (271 - 274)

Caius Pius Esuvius Tetricus est un sénateur gouverneur d'Aquitaine en poste à Bordeaux lorsque les soldats du Rhin le proclament après l'assassinat de Victorinus. Il règne avec son fils Tetricus II, de 271 à 274 sur l'Empire des Gaules. Les conditions de sa reddition face à Aurélien demeurent obscures. Aurélien après l'avoir fait figurer dans son triomphe, le nomme à un poste important en province, son fils aurait, quant à lui, siégé au Sénat.

 

Sous Tetricus, en Gaule, un phénomène numismatique intéressant.

Les guerres, les bagaudes (révoltes populaires, brigands ...), l'état du pays après de nombreuses années de luttes font que la monnaie ne circulait plus aussi facilement que dans les temps précédents.

Localement, ce manque de petit numéraire, gênait particulièrement pour les échanges quotidiens.

Sont donc apparues, pour pallier au manque, des frappes locales souvent frustres, aux légendes parfois fantaisistes, sur des flans souvent minces et petits, aux poids pouvant varier de moins de 1 g à plus de 3g.

Certaines monnaies de ce type sont proches des monnaies officielles et seul l'aspect frustre indique l'origine que l'on qualifie souvent de "barbare".

Ces "minimis", autre nom donné à ces monnaies, très peu étudiés, ne sont pas sans intérêt. Difficile de trouver une logique de flan (taille, poids), les coins sont très variés. On peut imaginer que la qualité des coins ne valait pas celle des monnaies officielles et que les coins cassaient régulièrement, ce qui peut expliquer leur variété. Les sites de frappe ont du être nombreux, les besoins étant les mêmes un peu partout dans cet empire gaulois.

D'un point de vue esthétique, ils ressemblent parfois aux monnaies mérovingiennes du VIe au VIII e siècle.

Il y a cependant quelque chose d'émouvant dans ces monnaies de nécessité pour employer un mot que l'on attribue plutôt aux monnaies qui ont vu jour pendant la Guerre 14-18 (même si on en trouve d'autres, plus rares, dans les siècles précédents comme les monnaies de siège ou les monnaies obsidionales).

Vous trouverez ci-dessous quelques unes de ces monnaies, certaines trouvées dans le Nord, d'autres aux alentours d'Amiens dans la Somme.

 

 

antoninien frappé autour de 274, sans doute imitation, 5.44 g

Titulature avers : IMP C TETRICVS P F AVG.
Description avers : Buste radié, drapé et cuirassé de Tétricus Ier à droite, vu de trois quarts en avant (A).

Traduction avers : “Imperator Cæsar Tetricus Pius Felix Augustus”, (L’empereur césar Tétricus pieux heureux auguste).

Titulature revers : SALVS AVGG.
Description revers : Salus (la Santé) drapée, debout à gauche, tenant un gouvernail de la main gauche et une patère de la main droite, nourrissant un serpent enroulé autour d'un autel.

Traduction revers : “Salus Augustorum”, (La Santé des augustes).

monnaie frappée sur un flan exceptionnel en poids et en diamètre (26.5 mm)

On voit apparaître sur les bords le listel et des lettres d'une frappe antérieure. Cette monnaie a donc été frappée sur un vieux flan d'un as, probablement, fortement usé à l'époque, ce qui explique son poids léger pour un as.

la question qu'on peut se poser: pourquoi avoir frappé sur un flan aussi large ?

- comme pour Postume, on a récupéré de vieux flans usés "qui pouvaient encore servir" ?

- le monétaire a voulu faire un essai de coin et a utilisé un grand flan pour vérifier la qualité de son travail ?

- on a voulu frapper des monnaies susceptibles d'être offertes en cadeau comme pouvaient l'être les médaillons des époques précédentes ?

La monnaie semble être un exemplaire inédit à ce jour.

ancienne vente CGB en boutique n° brm_415034, achat Hernandez Bourse d'Argenteuil 11/02/18

très rare minimi provenant d'une vieille trouvaille dans la région d'Amiens.

Revers exceptionnel de consécration imité des revers de Claude II le Gothique.

poids: 2.81 g

légendes dégénérées.

très rare minimi provenant d'une vieille trouvaille dans la région d'Amiens.

Revers exceptionnel copiant un revers au bestiaire de Gallien (biche à droite la tête tournée vers la gauche).

poids: 1,85 g.

légendes dégénérées.

TERICUS II (271 - 274)